Les concerts 2020

Lundi 27 juillet 20h30 Les Vigneaux, Eglise Saint-Laurent

 

Ensemble Le CONSORT

Théotime LANGLOIS DE SWARTE,

Sophie DE BARDONNECHE, violons

Louise PIERRARD, viole de gambe

Justin TAYLOR, clavecin

La musique baroque est à l’honneur pour l’ouverture du festival 2020 avec cet ensemble de jeunes musiciens déjà très remarqué dans le monde de la musique baroque : l’Ensemble Le Consort. Alors que Justin Taylor sur son clavecin avait déjà été récompensé d’un « choc » de Classica, d’un « Cobuzissime », d’un « Grand prix du disque Charles Cros » et d’un « Editor’s choice » de Grammophone pour son enregistrement consacré à la « Famille Forqueray », la dernière production de l’Ensemble Le Consort (« OPUS 1 ») a, elle, obtenu un diapason d’or et été élue « Diapason d’or de l’année ». C’est dire tout le talent de cette jeune formation à laquelle appartient une enfant de la vallée en la personne de la violoniste Sophie de Bardonnèche. Il nous fait découvrir ce soir l’oeuvre de compositeurs français un peu oubliés comme Dandrieu ou d’Anglebert.

TARIF B

« Acteur majeur de la scène baroque française, Le Consort nous offre ici un sans-faute magistral »

Philippe Ramin (à propos du CD Opus 1), Diapason

 

Programme

 

« Sonata a Tre »

 

Jean-Henry d’Anglebert (1629-1691) : Prélude non mesuré en sol mineur

Jean-François Dandrieu (1682-1738) : Sonate en trio en sol mineur op. 1 n°3

Jean-François Dandrieu : Sonate en trio en La Majeur op.1 n°4

Henry Purcell (1659-1695) : Ground, pour clavecin

Henry Purcell : Sonata of Four Parts in g minor Z 807

John Eccles (1668-1735) : The Mad Lover

***

Arcangelo Corelli (1653-1713) : Sonate en trio en si mineur op.2 n°8

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Sonate en trio en sol mineur op. 1 n°1

Karl Friedrich Abel (1723-1787) : Prélude pour viole seule en ré mineur

Antonio Vivaldi : Follia op.1 n°12

 

 

Jeudi 30 juillet 20h30, Puy-Saint-Vincent, Eglise Sainte-Marthe

 

Ensemble C barré, trio à cordes pincées

Eva DEBONNE, harpe

Thomas KECK, guitare

Vincent BEER-DEMANDER, mandoline

 

L’Ensemble C barré est un ensemble instrumental de 12 musiciens dirigé par Sébastien Boin, basé à Marseille, est particulièrement attaché aux compositeurs issus du bassin méditerranéen. C’est dans sa version à trois instruments « à cordes pincées » que nous allons l’applaudir ce soir. Le programme a pour titre « Furia » et les compositeurs choisis sont tous espagnols (ou inspirés par le fandango), du XVe siècle à nos jours. Ce sera pour nous l’occasion d’entendre le timbre de la mandoline, grâce au talent de Vincent Beer-Demander.

TARIF B

Programme

 

Santiago de Murcia [1673-1739] : Fandango (arrt. Thomas Keck) | 6’

Manuel de Falla [1876-1946] : Danza de la Molinera - Fandango (arrt. Thomas Keck) | 4’

Domenico Scarlatti [1876-1946] : Sonata in re minore, K.89 | 8’

Mikel Urquiza [Espagne, 1988] : Elurretan | 2017 | 10’ CO-COMMANDE DU FESTIVAL MUSIQUE À LA FERME, DU FESTIVAL DE CHAILLOL ET DE L’ENSEMBLE C BARRÉ

Diego Ortiz [1510-1570] : 3 Recercadas sobre Tenores (arrt. Thomas Keck) | 6’

Isaac Albéniz [1860-1909] : Córdoba, Sevilla (arrt. Thomas Keck) | 11’

Maurice Ravel [1875-1937] : Alborada des Gracioso (arrt. Thomas Keck) | 8’

Luigi Boccherini [1743-1805] : Fandango (arrt. Thomas Keck) | 6’

 

 

Dimanche 2 août 17h00, L'Argentière, Eglise Saint-Apollinaire

"Musiques et Patrimoine"

 

BAROCCO TANGO

Guillaume HODEAU, bandonéon

David LOUWERSE, violoncelle

Isabelle RIVE, conférencière

 

Dès les premières notes, le décor est planté. Nous sommes plongés au milieu d'une vaste maison Argentine tout droit sortie d'un rêve où résonne une musique qui nous touche instantanément : le Tango. Astor Piazzolla n'est pas bien loin, Carlos Gardel et les autres non plus. Très vite emballés par ces sonorités sud-américaines, nous sommes prêts pour un grand saut dans le passé dans lequel Guillaume Hodeau et David Louwerse revisitent avec ferveur et intelligence quelques chefs-d'œuvre de Vivaldi, Bach, Marais... Tout un programme!

 

L'alliance du bandonéon et du violoncelle dans la musique baroque peut paraître audacieuse, mais ce pari osé est pleinement réussi grâce à la créativité de ces deux artistes. La transcription des Folies d'Espagne de Marin Marais pour viole de gambe et basse continue en est un parfait exemple. Sommet du répertoire pour l'instrument, cette œuvre témoigne des trésors d'inventivité que les compositeurs baroques ont su déployer pour faire de quelques notes un motif inoubliable. La version que nous offrent les deux musiciens permet de renforcer l’intensité de ce thème et variations, la note soufflée du bandonéon redonnant une chaleur à la tension apportée par l'archet du violoncelliste.

 

TARIF B

Programme 

 

Marin Marais (1656-1728) : Les Folies d’Espagne

Astor Piazzolla (1921-1992) : Café 1930 - Tango remembrances

J.S. Bach (1685-1750) : Courante (solo violoncelle)

Antonio Vivaldi (1678-1741) : Sonate pour violoncelle

Astor Piazzolla : Los Sueños (solo bando)

Carlos Gardel (1890-1935) : Por una cabeza

Gerardo Matos Rodríguez (1897-1948) : La Cumparsita

Astor Piazzolla : Le Grand Tango

 

 

Mardi 4 août 20h30, Eglise de Vallouise

 

Pascal AMOYEL, piano

« Looking for Beethoven »

 

 

Après « le pianiste aux 50 doigts », Pascal Amoyel nous revient pour son dernier spectacle qui rend hommage à Beethoven. Beethoven est sans doute le compositeur le plus joué au monde. Pourtant il reste l’un des plus mal connus. Ce spectacle révèle le visage de l’homme au-delà du mythe dans une enquête minutieuse et palpitante au cœur de ses 32 sonates pour piano. Ou comment, alors que la vie lui refusait la joie, il la créa lui-même dans sa musique pour en faire don à l’humanité...

 

Avec un engagement total, Pascal Amoyel nous raconte ce destin le plus tragique de l’histoire de la musique mais aussi la plus belle leçon d’humanité. Dans « Looking for Beethoven », assis au piano, il suit le fil de la vie de Ludwig depuis ses premiers troubles jusqu’à l’isolement le plus total. « Quelle humiliation lorsque quelqu’un près de moi entendait une flûte au loin et que je n’entendais rien , raconte Beethoven/Amoyel. … Comment aurait-il été possible que j’avoue alors la faiblesse d’un sens qui, chez moi, devait être poussé jusqu’à un degré de perfection plus grand que chez tous les autres ? » Heureusement pour nous, Ludwig ne renonce pas à communiquer avec le monde : il le fait à travers sa musique.

TARIF A

« Avec une sensibilité et un savoir-faire remarquables, Pascal Amoyel fait entendre les géniales sonates pour piano de Beethoven : Pathétique, la Clair de lune, Appasionata, etc. La ressemblance entre Pascal Amoyel et le fougueux Beethoven démultiplie la force de ce spectacle : leurs statures solides, leurs chevelures ondulantes, leur regards perçants. Les deux artistes sont en communion ! Et le public est pris aux tripes. Jamais la vie de Beethoven n’a paru si claire. Jamais sa musique si proche de nous ».

Séverine Garnier « Classique mais pas has been »

 

Mercredi 5 août 17h00, Eglise de Vallouise

Jeunes virtuoses du piano

Mathis CATHIGNOL

Kim BERNARD

C’est une nouveauté 2020 : présenter de très jeunes musiciens encore en formation mais ayant déjà un pied dans leur future carrière de pianiste. C’est grâce à l’association « Piano Cantabile » qu’anime Bernard d’Ascoli (applaudi à Musiques en Ecrins en 2014) que nous pouvons rencontrer ces grands musiciens de demain.

 

Piano Cantabile est une association à but non lucratif fondée en 2001 à Aubagne en Provence. Bernard d’Ascoli, pianiste concertiste de renommée internationale (1er Prix du Concours de Barcelone, 3ème Prix du Concours de Leeds), et Eleanor Harris, pianiste et pédagogue britannique diplômée de la Royal Academy of Music, dirigent ce pôle d’excellence subventionné qui prépare au niveau supérieur de jeunes pianistes diplômés d’un cycle spécialisé de conservatoire. À travers une formation sur mesure, l’association entend répondre aux besoins et objectifs de chaque étudiant : programmes de concerts, préparation aux concours internationaux et aux diplômes de professeur de conservatoire, sous forme de cours réguliers ou de stages intensifs.

 

Depuis 2001, plus d’une centaine de jeunes talents ont suivi les cours d’interprétation et de perfectionnement instrumental dispensés par l’académie Piano Cantabile. Parmi eux, 49 ont intégré une école supérieure internationale, 15 ont obtenu un prix dans un concours international - dont 9 premiers prix - et 28 un diplôme d’État ou un Certificat d’aptitude.

 

« Aucun équivalent d’un tel niveau et d’une telle qualité n’existe à ce jour en France, et j’ai conscience de la chance qui a été la mienne »

Célimène Daudet, pianiste concertiste internationale

TARIF C

 

Programme

 

Mathis Cathignol :

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano N° 31 op 110

Frédéric Chopin (1810-1849) : 8 premières études de l’opus 10

***

Kim Bernard :

Ludwig van Beethoven : Sonate pour piano N° 32 op 111 (1er mvt)

Claude Debussy (1862-1918) : Reflets dans l'eau; Hommage à Rameau

Alexandre Scriabine (1872-1915) : Sonate n°9

Frédéric Chopin : Barcarolle op 60; Scherzo n°4

 

Mercredi 5 août, 20h30, Eglise de Vallouise

 

Pascal AMOYEL, piano

Emmanuelle BERTRAND, violoncelle

 

 

Nous connaissons bien la violoncelliste Emmanuelle Bertrand, vue en 2019 avec le Stimmung Trio et qui vient de triompher avec son intégrale des suites pour violoncelle seul de J.S. Bach, et nous venons d’applaudir Pascal Amoyel ; voici nos deux musiciens réunis ce soir pour fêter les 20 ans de leur duo  !

TARIF A

 

« De cette rencontre peut naître ce qu’on appelle communément un moment de grâce. Chez Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel, cela prend des allures d’abandons et entraîne celui qui écoute hors de ses quatre murs. Le violoncelle vous saisit et parvient à suggérer ce que sans doute même le compositeur n’avait cherché à dire. Cela s’appelle l’identification et cela signe les plus grandes interprétations... »

Mathias Heizmann, ARTE

 

« Les deux interprètes trouvent une juste palpitation, structurent leur discours, opposant les larmes et l’extase, sans que l’urgence et les écueils techniques les perturbent. Clarté et grandeur de la phrase, force et influx des lignes : la lisibilité est admirable et les transitions sont bien senties. L’équilibre des parties ajoute aussi à la plénitude de l’ensemble. »

Sandrine Khoudja, CLASSICA

 

« Le violoncelle français a sa muse, elle s’appelle Emmanuelle Bertrand »

Diapason, décembre 2015.

 

Programme

 

Franz Liszt  (1811-1886) : 1ère Elégie pour violoncelle et piano

Lugubre Gondole pour violoncelle et piano

Frédéric Chopin (1810-1849) : Sonate Opus 65 pour violoncelle et piano

***

Johannes Brahms (1833-1897) : 1ère Sonate op.38 pour violoncelle et piano

2 Danses hongroises pour violoncelle et piano

 

 

Vendredi 7 août 20h30 Saint-Martin de Queyrières, Eglise

 

Quatuor ARETHUSA

 

Le Quatuor Arethusa voit le jour en septembre 2013. Il est constitué de quatre amis étudiants au CNSMD de Lyon et partageant une passion commune, celle de la musique de chambre. Musiques en Ecrins l’avait déjà accueilli en avril 2016 à Pelvoux.

Le nom du quatuor fait référence à la mythologie grecque dans laquelle la nymphe Aréthuse se fait transformer en fontaine afin d'échapper à la poursuite du dieu fleuve, Alphée. Celui-ci mêlera ses eaux à celles d'Aréthuse, disparaissant, elle rejaillira à Ortygie (île voisine de Syracuse) formant ainsi une fontaine d'eau douce entourée par les eaux salées de la mer.

Le mythe d'Aréthuse est une thématique déjà employée en musique, notamment chez Szymanowski (pièce pour violon et piano op. 30), mais aussi au cinéma avec Ingmar Bergman. Cette référence à la mythologie grecque est le cœur artistique et poétique de l'imaginaire musical du Quatuor Arethusa.

TARIF B

Programme

 

Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuor op 76 n°4 «Lever de soleil» (9’)

Robert Schumann (1810-1856) : Quatuor n°1 op 41 (22’)

Maurice Ravel (1875-1937) : Quatuor en fa (27’)

 

 

Dimanche 9 août 17h00, Eglise de Vallouise

 

Orchestre de Chambre de la Nouvelle Europe

Hildegarde Fesneau, violon

Nicolas KRAUZE, direction

 

Après leur triomphe de l’édition 2019, L’Orchestre de Chambre Nouvelle Europe revient avec son chef Nicolas Krauze pour fêter l’année Beethoven. 

 

Il rassemble de jeunes solistes et chambristes européens résidant actuellement en France et qui partagent une approche musicale et une exigence technique exceptionnelles. L’orchestre a vocation à casser la barrière artistique souvent trop présente entre le tuttiste et le soliste, donnant la possibilité à ses jeunes musiciens de démarrer leur carrière de manière particulièrement complète en se produisant aux côtés de solistes renommés mais aussi régulièrement eux-mêmes en tant que solistes, accompagnés par l’orchestre. Créé en 2003 par Nicolas Krauze, cette formation originale à la frontière entre musique de chambre et orchestre s’est produite plus de 400 fois sur certaines des plus grandes scènes françaises, européennes ainsi qu’en Amérique latine. Des solistes internationaux s’y joignent régulièrement et certains des plus éminents représentants du monde musical lui apportent leur soutien artistique et humain.

TARIF A

 

Programme

 

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon en ré majeur op. 61 (40’)

Edvard Grieg (1843-1907) : Holberg Suite op. 40 (23')

Johan Strauss (1825-1899) : Valse de l'Empereur (11')

 

Mardi 11 août 20h30, L'Argentière, Foyer Culturel

Photo Michel Lemeunier
Photo Michel Lemeunier

Quatuor CALIENTE

Lysandre DONOSO, bandonéon

Michel BERRIER, violon

Eric CHALAN, contrebasse

Cédric LOREL, piano

Vincent MAILLARD, vibraphone

En l’an 2000, quatre jeunes musiciens passionnés par le Tango Nuevo d’Astor PIAZZOLLA se rencontrent pour former le Quatuor Caliente. Lauréat du « Piazzolla Music Award » décerné au Blue Note Jazz Club de Milan, cet ensemble a déjà trois disques à son actif, enregistrés pour le label Aeon/Harmonia Mundi. Désireux de faire vivre le tango instrumental, le Quatuor Caliente vous présente, en compagnie du Vibraphoniste Vincent Maillard « LIBER ‘ TANGO », véritable hommage à la rencontre du Quintette d’Astor Piazzolla avec le légendaire Gary Burton !

 

Ce programme témoigne de leur désir de faire vivre le tango de notre temps aux multiples couleurs et influences nous offrant avec une force rare la musique de Buenos-Aires. Avec le vibraphoniste virtuose Vincent Maillard, il retrouve la formation originale du Quintette ouvrant la porte aux rythmes, mélodies, harmonies et accentuations du monde d’aujourd’hui.

 

Force et fragilité, colère et amour s’expriment dans ce voyage argentin. Laissez-vous porter !

TARIF B

 

«  Tous ensemble , ils sonnent merveilleusement. »

 Le Monde de la Musique

 

« Le Quatuor Caliente enflamme et séduit »

 Le Dauphiné Libéré

 

« Les cinq musiciens débordent d’originalité et de fougue dans une cohésion sans faille »

 Pianiste Magazine

 

« Une interprétation admirable combiné avec une maîtrise technique parfaite »

 L’éveil

 

Jeudi 13 août, 9h30, Vallée de Freissinières

Randonnée musicale

 

 

Quatuor HORNormes

 

Assumant pleinement leur vocation de super-héros, les membres du Quatuor HORNormes n’hésitent jamais à se mettre en danger en affrontant les plus grands soli du répertoire et en volant au secours des partitions les plus célèbres dans lesquelles le cor est toujours l’instrument qui sauve le monde. Alexis, Pierre, Maxime et Clément endossent donc tour à tour le rôle de Fidelio, Siegfried ou du Chevalier à la Rose avec l’énergie et l’amour de ce répertoire qui les porte depuis qu’ils sont petits, telle une vocation…

 

En outre, chacun d’entre eux est aussi un grand romantique et adore les thèmes de cor des Alpes qu’affectionnaient également Brahms, Mahler ou Bruckner ou les thèmes de chasseurs… atavisme inhérent à leur corporation qu’ils ont à cœur de partager à travers les pages du Freischütz ou de Tristan. Car le partage est bien le maître-mot qui les anime : partager avec tous les publics leur enthousiasme et leur amour pour la musique du répertoire, les musiques de films qui ne laissent jamais le cor en reste et les créations.

 

En concert, en animations scolaires, à la radio et ici, en randonnée… tous les moyens leurs sont bons pour transmettre, susciter l’enthousiasme en retour, voire provoquer des vocations et faire concrètement comprendre que l’on peut aujourd’hui encore être "jeune" et être raide-dingue de « grande musique ».

 

Ajoutons pour finir qu’ils sont drôles, gentils, super-mignons, Bref : Irrésistibles !

LIBRE PARTICIPATION AUX FRAIS

 

« Désireux de contacts et de partage, ces quatre garçons prennent plaisir à intervenir sur la scène de façon pédagogique pour présenter aux spectateurs les spécificités du cor d'harmonie. Ces «quatre fous de cor», dans un programme inédit, allient virtuosité et humour pour conter la belle histoire de leur instrument. N'ayant que peu de littérature pour leur ensemble, les musiciens font eux-mêmes les transcriptions de pages de Beethoven, Weber, Haydn, Rossini, Schumann, Wagner, R. Strauss ou Ravel… Le cor dans tous ses états, son timbre doux et chaud, capable au besoin d'effets cuivrés, sonores, magnifié dans cet ensemble atypique créé par de jeunes interprètes de valeur »

La dépêche du midi

 

Programme

 

1er intermède (20 minutes): les origines du cor et son aire classique

Air de cor des alpes

ROSSINI : Le Rendez-vous de Chasse

WEBER : Euryanthe - Choeur des Chasseurs

MOZART : Cosi Fan Tutte - Per Pieta

 

2ème intermède (20 minutes): Fin du classique et romantisme

BEETHOVEN : Fidelio - Komm Hoffnung

SCHUMANN : Konzertstück - 2nd mouvement

WAGNER : Tannhäuser - Choeur des Pèlerins

 

Concert final (45 minutes): Musique française, ballets russes et musiques de film

RAVEL : Pavane pour une Infante Défunte

STRAVINSKY : L’Oiseau de Feu - Final

WILLIAMS : Harry Potter - Poudlard pour toujours

BADOL : Quatuor héroïque - 2nd mouvement

MORRICONE : Il était une fois dans l’Ouest

SYLVESTRI : Avengers

 

 

Vendredi 14 août, 20h30, Puy-Saint-Vincent, Eglise Sainte-Marthe

 

Marie VERMEULIN, piano

 

Nous clôturons ce festival 2020 en beauté avec le récital de piano de Marie Vermeulin qui nous présente des pièces du couple de grands compositeurs romantiques : Clara et Robert Schumann. Le programme est celui de son dernier enregistrement qui a été très remarqué par les critiques :

 

"Il y a une poésie, une délicatesse, une tendresse dans la sonorité, en un mot la grâce, la grâce qui habite Marie Vermeulin d'un bout à l'autre de ce disque..."

Portraits de famille, France Musique, par Philippe Cassard, le 8 juin 2019

 

"Un regard délicat sur l’intérieur musical et émotionnel d’un couple passionné et unique. [...] Magnifiquement interprétée par Marie Vermeulin, cette pièce est une preuve d’amour presque secrète et un hommage à Robert [...] Hommage à Clara et Robert Schumann, ce disque est une porte discrètement entrouverte dans l’intimité d’une maison d’artistes. Marie Vermeulin en est le guide délicat et sensible."

Anne-Sandrine Di Girolamo, Gang Flow

 

"Toccatina enflammée, Notturno tendrement poétique, Ballade mélancoliquement rêveuse, Polonaise aussi spirituelle que conquérante, les Soirées Musicales de Marie Vermeulin s'imposent comme l'un des plus beaux moments de l'entière discographie clara-schumannienne. La musicalité de la pianiste française va encore droit au cœur dans son tête-à-tête avec Robert (désarmantes Scènes d'enfants n°1,4,7 et 10, éloquentes Scènes de la Forêt n°1,3 et 9, fascinant Oiseau prophète)".

Nicolas Derny, Diapason

 

"Autant à son aise dans le grand répertoire que dans la création contemporaine, Marie Vermeulin s'est imposée au fil des années comme une interprète à la curiosité continûment en éveil".

Magazine Pianiste, Numéro de septembre-octobre 2019

 

"Marie Vermeulin retrouve la complicité et l’entente du jeu dialogué entre Clara et Robert (…) L’acuité du propos, l’enivrement poétique, la courbure rythmique, cette passion qui coule comme une eau trépidante et nerveuse… s’entendent ici de l’une à l’autre créateur/trice (…) le piano est ce lieu des confessions et des conversations que Marie Vermeulin sait questionner et éclairer d’une vitalité personnelle, passionnante."

Classiquenews.com, par Alan Deags

 

Programme

 

Robert Schumann (1810-1856) : Scènes d'enfants (17')

Clara Schumann (1819-1896) : Soirées musicales (23') ; Romance en la mineur (4')

Robert Schumann : Scènes de la forêt (20')