RAVEL : Miroirs

Noctuelles – Oiseaux tristes – Une barque sur l’océan – Alborada del gracioso – La vallée des cloches

 

Les Miroirs sont cinq pièces pour piano que Maurice Ravel a composées entre 1904 et 1906 ; deux furent plus tard orchestrées par le compositeur (Une barque sur l'océan, 1906, et Alborada del gracioso, 1919). L'œuvre fut jouée pour la première fois par Ricardo Viñes le 6 janvier 1906 à la Salle Érard pour la Société nationale. L'œuvre a été éditée en 1906 par Demets. L'intention de Ravel était de montrer les images visuelles et les ambiances de cinq personnages différents se regardant chacun dans un miroir. Elles participent du style impressionniste de Ravel, ce qui justifia le titre de ce recueil, citant Shakespeare : « La vue ne se connaît pas elle-même avant d'avoir voyagé et rencontré un miroir où elle peut se reconnaître. » (Jules César, acte I, scène 2).

 

Voici ce qu’en dit l’auteur lui-même (dans Esquisse autobiographique, 1928) : « Les Miroirs forment un recueil de pièces pour le piano qui marquent dans mon évolution harmonique un changement assez considérable pour avoir décontenancé les musiciens les plus accoutumés jusqu'alors à ma manière. [...] Le titre des Miroirs a autorisé mes critiques à compter ce recueil parmi les ouvrages qui participent du mouvement dit impressionniste. Je n'y contredis point, si l'on entend parler par analogie. Analogie assez fugitive d'ailleurs, puisque l'impressionnisme ne semble avoir aucun sens précis en dehors de la peinture. Ce mot de miroir en tout état de cause ne doit pas laisser supposer chez moi la volonté d'affirmer une théorie subjectiviste de l'art. »

 

L'œuvre porte la référence M.43, dans le catalogue des œuvres du compositeur établi par le musicologue Marcel Marnat. Chacune des cinq pièces est dédiée à un membre de la Société des Apaches :

 

I. Noctuelles

La première pièce est dédiée à Léon-Paul Fargue.  Ce mouvement très expressif débute par des séries chromatiques de milieu de clavier qui évoquent le vol des papillons (les noctuelles sont des papillons de nuit). La section centrale est plus calme avec des mélodies plus sombres, reflet de l'atmosphère nocturne du morceau.

 

II. Oiseaux tristes

La deuxième pièce est dédiée à Ricardo Viñes.  Ce 2eme mouvement, le plus court du recueil, débute par l'évocation d'un oiseau solitaire sifflant un air triste, après quoi d'autres se joignent à lui en une véritable polyphonie d'oiseaux. La section centrale, très colorée harmoniquement, est plus exubérante, et se poursuit par une cadence solennelle qui ramène l'humeur mélancolique du début, comme si tous ces oiseaux chantaient, chacun de son côté, leur propre solitude. Ravel considérait ce morceau comme le plus significatif et déclarait qu'il avait voulu évoquer « des oiseaux perdus dans une sombre forêt aux heures les plus chaudes de l'été».

 

III. Une barque sur l'océan

La troisième pièce est dédiée à Paul Sordes (peintre, membre du groupe des Apaches). Elle évoque un bateau naviguant sur les vagues de l'océan. Les sections en arpèges et un ondoiement continuel d'attractions tonales imitent le flux des courants océaniques. C'est le plus long morceau du cycle.

 

IV. Alborada del gracioso (« Aubade du bouffon »)

La quatrième pièce, Alborada del gracioso, est dédiée à Michel Dimitri Calvocoressi (écrivain, auteur du texte des Cinq mélodies populaires grecques de Ravel). C’est une pièce qui procède de la même sensibilité d’écriture, mais il s’y ajoute comme dans les « Jeux d’eau » les ressources d’un art analytique, descriptif et visuel ; car là où Debussy eut noté des sensations causées par la vue d’un objet, Ravel décrit l’objet lui-même. Ici, Ravel déborde la figuration musicale régie par la nerveuse cadence d’un rythme espagnol. Il grave le trait dur et profond et le brouillard de pédale baignant la pièce précédente se disperse pour laisser à nu les mordants et les acides staccato. Ce sont des scènes de danses mêlées de chants, à l’instar de la plupart des pièces qui composent l’Iberia d’Albeniz dont le développement et la composition sont pourtant soumis à la contrainte d’une forme définie. Ravel ne se plaisait-il pas à reconnaître que ce morceau était bâti avec la même rigueur qu’une fugue de Bach ? C’est une pièce techniquement très difficile, sorte de caricature savante de l'ibérisme traditionnel, qui intègre des thèmes musicaux espagnols dans des mélodies complexes.

 

V. La vallée des cloches

La cinquième pièce est dédiée à Maurice Delage (le premier élève de Ravel). Cette dernière pièce, qui baigne dans un climat de rêverie à la fois mystique et voluptueux, évoque les sons et les échos de différentes cloches à travers une utilisation subtile des harmonies sonores.

 

Téléchargez ce texte

RAVEL Miroirs.pdf
Document Adobe Acrobat 558.3 KB

Une barque sur l'océan par Fanny Azzuro...