Historique de Musiques en Écrins

 

 

1994 fut l'année où Jean Dominique Le Roy et son épouse, conquis par la belle harmonie entre les montagnes, les glaciers, les villages chaleureux et les églises roman-lombardes de la Vallouise, ont invité, avec l'aide de Jean-Paul Nison, les jeunes musiciens Christophe Beau et ses amis à animer quelques concerts de musique classique pendant la saison estivale. D'emblée s'est affirmée la volonté de faire se rencontrer une académie, ouverte à des stagiaires, musiciens professionnels ou amateurs, et un festival de musique de chambre. 

 

L'adoption progressive par les habitants de la Vallouise et les autorités civiles, la disponibilité et la gentillesse du père Foy, curé de la vallée, et l'activité inlassable des bénévoles ont transformé une expérience un peu téméraire en une manifestation culturelle majeure pour le Pays des Écrins, portée par les présidents successifs de l'association, Jean Dominique Le Roy, Gérard Payet, Philippe Bruneau, Pierre Lefèvre, Lise Dovetta, Jean-Marie Monleau et Jean-François Gravelais.

 

Le festival Musique en Écrins a fonctionné en académie jusqu'à ce que Christophe Beau, qui assurait la fonction de directeur artistique, et la présidence de Musique en Ecrins se séparent en 2007.

 

S'est alors ouverte une période sous la direction de Jean-Pierre Menuge avec une intention au départ de maintenir la forme "académie". Mais les difficultés humaines et financières de cet exercice ont eu raison de cette formule et le festival, après avoir failli disparaître en 2012, a redémarré avec une nouvelle équipe d'animation sous l'impulsion de Jean-François Gravelais, sans faire appel à un directeur artistique professionnel. C'est la forme qu'il revêt aujourd'hui, sous la présidence de Jean-François Moreau.

 

Au plan des artistes, nous avons pu applaudir les membres de l'équipe rassemblée autour de Christophe Beau (citons-les : Nathanaëlle Marie, Yann Garac, Sophie Deshayes, Carine Zarifian, Françoise Kubler, Mathieu de Laubier, Laurent Boukobza, Armand Angster, Alexandre Gasparov, Pierre Franck, Stephanie-Marie Degand, Stéphane Béchy). Mais nous avons entendu aussi de grands musiciens "invités" comme les pianistes Cédric Tiberghein et Dana Ciocarlie. Le successeur de Christophe Beau, Jean-Pierre Menuge, a su faire venir jusque dans notre vallée un immense violoniste comme Jaap Schröder. Enfin, depuis 2012, la formule "artistes invités" a pris de l'ampleur et les grands noms se sont succédé : citons notamment Emmanuelle Bertrand, Pascal Amoyel, François-René Duchâble, Pavel Sporcl, Deborah Nemtanu ou Jean-François Zygel et des ensembles comme le quatuor Debussy, le Sirba Octet, les Musiciens du Louvre ou les Anches hantées.

 

Le festival de Musiques en Écrins fait aujourd'hui partie des  festivals de musique qui animent la saison estivale dans le département des Hautes-Alpes réunis sous le label L'Accordée. Son audience s'est accrue chaque année et l'édition 2018 a rassemblé plus de 3200 spectateurs.

 

Mais ce succès a caché les difficultés liées à la fatigue de ses bénévoles dont certains ont quitté le navire. La question primordiale est alors devenue celle de la pérennité du festival dont l'organisation repose sur un trop petit nombre de personnes soumises, en plus, aux aléas de santé.

 

En 2020, comme beaucoup de manifestations culturelles, Musiques en Écrins a dû composer avec le COVID 19 en se limitant à organiser un "Festival B" sous la forme de cinq concerts en plein air plutôt que d'être totalement absent de la scène musicale, festival qui a rencontré un accueil chaleureux du public.

 

Les efforts tous azimuts entrepris pour renouveler les effectifs ont été couronnés de succès en cette année 2021, avec l'arrivée de nouvelles têtes au Conseil d'Administration de l'association : citons notamment Anne Langer, Marie-Pierre Mantz, François-Xavier Bilger et Bernard Mazas.